Sur le Terrain et Ailleur

Les blessures, c’est pas cool

Écrit par Megan Jones
Publié le

La rentrée, y compris la rentrée sportive à l’école, bat son plein. Alors que les enfants rêvent d’être des athlètes vedettes, les parents veulent souvent s’assurer que leurs enfants vivent une expérience saine et positive. Voici quelques suggestions pour les parents dont les enfants font un essai pour faire partie d’une équipe. 

Préparez votre information

Les entraîneurs, les écoles et les ligues sportives peuvent demander des renseignements médicaux détaillés aux parents au sujet des nouveaux athlètes. Rassemblez le numéro de carte-santé de votre enfant et les détails pertinents sur ses antécédents médicaux ou les médicaments qu’il prend, dès que possible, explique Heather Tugnett, thérapeute du sport principale au St. Andrew’s College, à Aurora, en Ontario. « Lorsque les entraîneurs demanderont les renseignements sur votre enfant, ils seront tous au même endroit. »

N’ignorez pas les blessures actuelles

Si votre enfant s’est blessé au cours de l’été ou d’une saison précédente, il pourra peut-être faire du sport en septembre quand même. Mais les parents doivent surveiller la santé de leur enfant de près et aider les entraîneurs à le faire. Si votre enfant a une blessure ou un problème médical existant, contactez les entraîneurs, les membres de l’administration de l’école ou toute autre partie pertinente et dites-leur ce qu’il faut surveiller. 

Trouvez le bon équipement

Après la longue pause de l’été, le corps des enfants peut ne pas être entièrement prêt pour le terrain, la piste ou la patinoire, ce qui augmente les risques de blessure. L’une des façons d’éviter les blessures est d’acheter le bon équipement, souligne Heather. Les parents ont souvent la tâche de s’assurer que leurs enfants sont bien protégés. Heather conseille aux familles d’acheter un nouvel équipement si possible et d’être sûres qu’il est bien ajusté. Si vous n’êtes pas sûr, demandez aux employés du magasin ou consultez des ressources en ligne qui offrent des conseils sur le bon ajustement de l’équipement.

N’oubliez pas les bases

Les parents, et certains entraîneurs, négligent souvent les échauffements et la récupération, affirme Heather. Pourtant, ces habitudes de base peuvent aider à éviter les blessures. Assurez-vous que votre enfant s’échauffe avant de passer à l’entraînement. Les enfants doivent faire une légère course et des étirements dynamiques, comme des fentes en marchant et des balancements des bras, pour préparer leurs muscles pour l’activité à venir.

Après un entraînement, les enfants doivent faire des étirements statiques, boire beaucoup de liquides et bien se nourrir pour refaire les réserves utilisées au jeu. (Informez-vous sur les étirements adéquats ici.)

Comprendre les risques

Comme le corps des enfants est encore en développement, ils sont plus sujets aux blessures que les adultes. « La tête des enfants est beaucoup plus grosse, comparativement à leur corps, que celle des adultes », révèle Heather. Cela, allié aux muscles sous-développés de leur cou, explique-t-elle, les rend plus vulnérables aux blessures à la tête et au cou. Il est donc sage pour les parents de se familiariser avec les nombreux signes et symptômes d’une commotion cérébrale, comme les maux de tête, les nausées, les étourdissements, les vomissements, la fatigue, des changements cognitifs, une amnésie concernant la blessure, un bourdonnement dans les oreilles et des problèmes de coordination ou d'équilibre. (Informez-vous sur les commotions cérébrales ici.)

De même, les os des enfants sont encore en croissance, donc vulnérables. « Bon nombre des cartilages de conjugaison de leurs os ne se sont pas complètement fusionnés, ajoute Heather. Donc nous voyons des fractures dans les cartilages de conjugaison, ce qu’on ne voit pas forcément chez les adultes. » Cela dit, le risque est quand même assez faible, et la plupart des gens estiment que l’avantage de pratiquer un sport surpasse le risque de blessure.

Sachez comment traiter les nouvelles blessures

Les blessures mineures peuvent être traitées à la maison avec du repos, de la glace et des étirements, et elles devraient guérir en quelques jours. Si votre enfant est inconfortable plus longtemps, ou si sa blessure commence à nuire aux activités quotidiennes comme la marche, il peut être temps de consulter un thérapeute du sport ou un autre professionnel de la santé. 

Offrez un soutien émotif

Si votre enfant se blesse, rappelez-lui que son rétablissement est plus important que son retour rapide au jeu, et assurez-vous de ne pas l’inciter à retourner sur le terrain trop vite. « Les parents doivent être des personnes de confiance à qui les enfants peuvent dire qu’ils ne sont pas prêts », souligne Heather.

Si vous sentez qu’un entraîneur pousse votre enfant à retourner au jeu trop tôt, vous devrez peut-être intervenir à titre de défenseur. « Insistez et dites-lui que votre enfant n’est pas prêt. » 

Thérapeute du sport
Heather Tugnett

R.Kin, CAT(C), MSc

Heather est la thérapeute du sport principale au St. Andrew’s College, à Aurora, en Ontario. À titre de thérapeute du sport agréée et de kinésithérapeute diplômée, elle fournit des soins sur le terrain et cliniques aux élèves et encadre les étudiants en thérapie du sport qui se préparent pour l’agrément. En 2015, Heather était praticienne principale aux Jeux panaméricains.